M
DÉSINFOX AFRIQUE Appel à candidatures pour la sélection de 10 journalistes fact-checkers au Sénégal, au Cameroun et en Centrafrique

DÉSINFOX AFRIQUE
Appel à candidatures pour la sélection de 10 journalistes fact-checkers au Sénégal, au Cameroun et en Centrafrique

Vous êtes un média (radio, TV, presse écrite, pure-player), vous êtes engagés dans la lutte contre les infox (fausses informations) et vous souhaitez renforcer vos compétences en fact-checking ?

Candidature en ligne

CFI agence française de développement médias propose de former et d’accompagner 10 journalistes fact-checker pour renforcer leur capacité à lutter contre la propagation d’infox et à produire une information fiable, vérifiée et impartiale.

Vous êtes un média camerounais / sénégalais / centrafricain (radio, TV, presse écrite, pure-player), vous êtes engagés dans la lutte contre les infox (fausses informations) et vous souhaitez renforcer vos compétences en fact-checking ? If you are an English-speaking journalist, you can access the english version of this call for applications
CFI propose de former et d’accompagner 10 journalistes fact-checker pour renforcer leur capacité à lutter contre la propagation d’infox et à produire une information fiable, vérifiée et impartiale.

Postulez à cet appel et bénéficiez d’un accompagnement de 2 ans et demi dédié à la lutte contre les infox et au renforcement de votre projet éditorial de fact-checking !

Profil des bénéficiaires

Les candidatures doivent être déposées par média (5 médias par pays).
Chaque média doit proposer un binôme de journalistes fact-checker.

Critères
  1. Être un média porteur d’un projet éditorial de fact-checking :
  • Sont éligibles les médias de tous types : radio, TV, presse écrite, médias en ligne ou sur les réseaux sociaux.

Cet appel donnera la priorité aux médias pratiquant déjà le fact-checking. Les médias candidats devront proposer une rubrique (ou une émission) de fact-checking et en décrire le concept, le contenu, la périodicité et la ligne éditoriale. Si cette rubrique ou émission existe déjà, le média candidat devra s’attacher à proposer une évolution ou une nouvelle formule (augmentation du volume des productions, traitement multimédia, nouvelle charte rédactionnelle, développement d’émissions en synergie avec d’autres médias, etc.). Cette rubrique ou émission devra avoir été développée dans un but pérenne.

Par ailleurs, les médias candidats doivent impérativement remplir les conditions suivantes :
–          Être basé au Cameroun/Sénégal/Centrafrique
–          Avoir une ligne éditoriale politiquement indépendante
–          La rédaction doit être composée d’au moins 4 journalistes
–          Le média doit avoir 3 ans d’existence au moins
–          Le média doit avoir une audience déjà assez étendue. Dans la mesure du possible, sa présence en ligne devra être relativement développée (média en ligne ou pages actives sur les réseaux sociaux)
–          Le média doit avoir une bonne compréhension des enjeux de la lutte contre les infox, et avoir la volonté de produire et de diffuser régulièrement des contenus de sensibilisation aux infox et de déconstruction d’infox
–          Le média doit s’engager à désigner deux journalistes, en s’attachant au maximum à désigner un binôme femme-homme, pour participer au programme de formation en présentiel et à distance pendant toute la durée du projet.

  1. Un média proposant un binôme complémentaire de journalistes fact-checker :

Chaque média candidat devra proposer un binôme de deux journalistes, qui bénéficieront de l’intégralité des activités de formation et d’accompagnement du projet.

–          Ces journalistes devront déjà pratiquer le fact-checking, ou a minima avoir déjà bénéficié d’une formation au fact–checking ou maîtriser les notions de base du fact-checking
–          Les médias candidats proposeront, dans la mesure du possible, des binômes de journalistes aux compétences complémentaires : un journaliste au profil généraliste d’une part, et d’autre part un journaliste au profil plus spécialisé (journalistes d’investigation) ou plus « technique » journalistes de données, infographistes, cartographes) ou ayant un profil de community manager à l’aise sur les réseaux sociaux
–          Les candidatures des médias présentant des femmes managers et/ou journalistes seront étudiées avec un soin particulier
–          Les candidatures de médias issus des régions anglophones, ou proposant des journalistes anglophones, seront étudiées avec un soin particulier.

  1. Un média avec une ou un manager impliqué dans le programme de formations :

–          Les managers des médias sélectionnés devront assister au forum de concertation et de réflexion qui sera organisé en cours de projet
–          Ils ou elles participeront également aux coachings qui se dérouleront au sein de leur média
–          Ils ou elles participeront, avec leur responsable financier, à une formation à la recherche de financements et à la viabilité économique du projet éditorial de fact-checking.

Nombre de personnes à sélectionner :
10 journalistes fact-checkers au Sénégal, 10 journalistes fact-checkers francophones et anglophones au Cameroun et 10 journalistes fact-checkers en Centrafrique

Le projet Désinfox Afrique

Le projet Désinfox Afrique de CFI vise à lutter contre la prolifération des infox, un terme forgé à partir des mots information et intoxication, et qui correspond à une information mensongère ou délibérément biaisée, délivrée dans le but de manipuler ou de tromper un auditoire. Ce phénomène mondial, qui n’épargne pas l’Afrique, n’est pas nouveau, mais il a pris une ampleur inédite dans un monde de plus en plus numériquement connecté avec l’accroissement des informations échangées sur les réseaux sociaux. Le nombre conséquent d’informations approximatives, erronées ou fallacieuses, pose des défis sans précédent pour l’accès des citoyens et citoyennes à une information de qualité ainsi que sur les processus démocratiques.

Objectifs

D’une durée de trois ans, le projet Désinfox Afrique a pour objectif de sensibiliser et renforcer les capacités en fact-checking d’acteurs et d’actrices médiatiques de trois pays : le Sénégal, le Cameroun, et la République centrafricaine. Il intègrera, à partir de 2022, 30 journalistes déjà formés au fact-checking et accompagnés par CFI, en Côte d’Ivoire, au Bénin et au Burkina Faso. Dans chaque pays, le projet renforcera les capacités de cinq binômes de journalistes issus de tous types de médias (presse écrite, en ligne et audiovisuelle), mais ayant déjà une première expérience de fact-checking et proposant un projet éditorial de fact-checking.

Déroulement du projet

Le projet Désinfox Afrique accompagnera cinq médias sénégalais, cinq médias camerounais et cinq médias centrafricains, tous types confondus (presse écrite, en ligne et audiovisuelle).
Chaque média proposera un binôme de journalistes fact-checker, qui devront avoir une première expérience de fact-checking et devront proposer un projet éditorial de fact-checking.
CFI accompagnera donc 10 journalistes au total dans chaque pays, issus de 5 médias, de juillet 2021 à décembre 2023, dans le cadre du programme pédagogique suivant :

Activité 1. Forum national de concertation et de réflexion sur les infox
Date envisagée du forum : automne 2021 ou printemps 2022 (selon ce que permettront les restrictions en vigueur liées à la pandémie de Covid19)
Durée du forum : 3 jours

Activité 2. Initiation à la vérification des images (application)
Un module de e-learning Lutte contre les infox a été développé dans le cadre du projet pilote Vérifox Afrique et sera distribuée aux bénéficiaires au début du projet pour leur permettre de se familiariser avec les techniques de vérification visuelles, photos et vidéos, et facilite une première prise en main des outils Google, Yandex, Invid, Youtube, Dataviewer, etc.

Activité 3. Formation aux fondamentaux du fact checking
Participants : 10 journalistes des médias sélectionnés dans le cadre du projet
Date estimée de l’activité : été 2021
Durée de l’activité : 5 jours

Activité 4. Formation en recherche de financements et à la viabilité économique du fact-checking : (formation en visioconférences et coaching à distance)
Participants : 2 représentants par média sélectionné dans le cadre du projet (directrice/directeur du média, directrice/directeur administratif et financier, directrice/directeur commercial, responsable des partenariats au sein du média, responsable de la régie publicitaire, etc.)
Date estimée de l’activité : été / automne 2021
Durée de l’activité : 2 jours de formation et 1 jour de coaching/media (total 5 jours)

Activité 5. Mise en scène du fact-checking et production de contenus (formation et coaching)
Participants : les journalistes des médias sélectionnés dans le cadre du projet
Date estimée de l’activité : hiver 2021-2022
Durée de l’activité : 3 jours de formation, 3 jours/média de coaching in-situ

Activité 6. Formation sur les critères de l’IFCN et audit des médias appuyés (formation en visioconférence et coaching à distance)
Participants : les journalistes des médias sélectionnés dans le cadre du projet et un manager au sein du média
Date estimée de l’activité : printemps 2022
Durée de l’activité : 2 jours de formation, 3 jours/média de coaching à distance

Activité 7. Formation et accompagnement à la prise en main des réseaux sociaux et à l’élargissement de l’audience des médias appuyés (formation et coaching)
Participants : les journalistes des médias sélectionnés dans le cadre du projet
Date estimée de l’activité : été 2022
Durée de l’activité : 5 jours de formation

Activité 8. Formation avancée aux techniques de fact-checking
Participants : les journalistes des médias sélectionnés dans le cadre du projet
Date estimée de l’activité : automne 2022
Durée de l’activité : 5 jours de formation

Activité 9. Formation aux nouveaux formats du fact checking
Participants : les journalistes des médias sélectionnés dans le cadre du projet
Date estimée de l’activité : printemps 2023
Durée de l’activité : 5 jours de formation 

Activité transversale. Suivi de la production
Les médias bénéficiaires seront accompagnés à distance par un expert dans le développement des rubriques ou des émissions de fact-checking. L’expert formulera aux médias appuyés des retours et des préconisations sur leurs productions de fact-checking.

Activité 10. Forum de clôture
Participants : les 60 journalistes et leurs directeurs accompagnés dans le cadre du projet
Date estimée de l’activité : automne 2023
Durée de l’activité : 3 jours

Les modalités pratiques

Les sessions de formations dureront chaque fois entre 3 et 5 jours complets. Elles seront assurées par des formateurs ou formatrices, expérimentées et ayant une bonne connaissance du contexte national.

La participation des médias au programme requiert une disponibilité entière des participants pendant toute la durée des formations. Les responsables hiérarchiques des journalistes bénéficiaires s’engagent à les libérer de toute obligation professionnelle pendant les journées de formation.

La majorité des formations seront assurées en présentiel à Dakar pour le Sénégal, Douala ou Yaoundé pour le Cameroun et Bangui pour la Centrafrique. Elles auront lieu dans une salle calme et sécurisée, dotée d’une bonne connexion internet, située dans le centre-ville, et dont les coordonnées seront fournies ultérieurement. Les outils pédagogiques seront projetés sur écran et la documentation sera mise à disposition des participants pendant la durée des formations. Il est demandé aux participants de venir avec leur ordinateur individuel.

Il est prévu que certaines formations soient assurées à distance. Dans ce cas, les journalistes pourront y assister depuis leur domicile, et le cas échéant, ils pourront bénéficier d’un forfait pour acheter des crédits internet.

Les pauses café et les déjeuners seront pris en charge par CFI dans le cadre des formations. Pour les journalistes basés dans les villes des formations, les transports urbains du domicile au lieu de formation seront pris en charge par CFI. Les frais de déplacements pédagogiques durant les activités (rencontres ou visites, exercices de reportage) seront également pris en charge par CFI. Pour les journalistes venant d’autres communes que Bangui, l’hébergement, les dîners et le remboursement des frais de transport seront pris en charge par CFI.

Entre les formations, les journalistes soutenus bénéficieront régulièrement de coachings in-situ (formation en continu en situation professionnelle) dispensés par une personne formatrice qui se rendra dans les locaux du média. Là-aussi, les journalistes s’engagent à se rendre disponibles pour toute la durée du coaching.

Un calendrier indicatif des formations et des coachings sera remis aux médias sélectionnés. Il pourra être soumis à des adaptations en fonction des évolutions du contexte sécuritaire.

À qui s’adresse cet appel à candidature ?

Se référer aux parties Profils des bénéficiaires et Critères au début du formulaire.

Comment candidater ?

En remplissant le formulaire de candidature accessible à la fin de cette page.

Des questions ?

Pour toute information complémentaire, joindre le Responsable du projet par courriel à l’adresse : brieuc.lahellec@cfi.fr

Procédure de sélection

Les candidatures seront examinées par un jury qui évaluera les dossiers des médias candidats selon les critères suivants (sur 200 points) :

  Critère Nombre de points
Dossier Dossier complet Critère éliminatoire si le dossier n’est pas complet
Média   45
Pertinence du projet éditorial de fact-checking proposé 13
Professionnalisme du média et capacité à produire, diffuser et promouvoir les contenus de fact-checking produits 12
Complémentarité des profils entre les deux journalistes proposés 10
Cohérence de la ligne éditoriale du média avec le projet de fact-checking proposé 10
Binôme de journalistes   40
Compétences et expérience en journalisme 15
Compétences et expérience en fact-checking 15
Motivation et capacité à se rendre disponible pendant toute la durée du projet 10
Directeur ou directrice   15
Propositions pour promouvoir au sein du média les contenus de fact-checking produits par le binôme de journalistes 8
Motivation 7
Total   100

À note égale, les candidatures des médias présentant des femmes managers et/ou journalistes seront privilégiées.

Les dates clefs

Mercredi 11 mai : ouverture de l’appel à candidatures
Lundi 14 juin : date limite de réception des dossiers de candidature (18h TU) par email à l’adresse : brieuc.lahellec@cfi.fr
Juin : sélection des médias participants
Juillet – août : début du cycle de formation

Candidature en ligne

Nous n'acceptons plus les candidatures pour cet appel.
Catégories: Lutte contre les infox, Renforcement de compétences en "fact-checking",  Lieux: Afrique Centrale, Afrique de l'ouest,  Types: Médias en ligne, Presse écrite, Pure players, Radio, TV,

Pays:

Sénégal, Cameroun, Centrafrique

Mail:

brieuc.lahellec@cfi.fr